fr
Accueil > Les ateliers > Des jardins pour la vie > Visites de jardins > Echos de notre visite aux Jardins de Pomone
 

Echos de notre visite aux Jardins de Pomone

Accueil chaleureux et partage convivial d’infos relatives au jardinage avec Anne et de José, concepteurs et jardiniers du potager « Singel » à Strombeek-Bever, sous un soleil radieux, le 10 juin 2012.

Sur une surface de x ares l’on découvre une variété d’une centaine de plantes odorantes, mellifères, condimentaires. Un résultat est magnifique et surprenant après à peine 3 ans de culture sur une parcelle qui n’était autrefois qu’une prairie, durant des années. « Ne jamais se décourager et beaucoup d’huile de bras » est d’avis de José qui nous conseille, pour démarrer un potager et améliorer le sol, ceci :

  • Recouvrir le sol, la première année, d’une bonne couche de paille, de fumier de poule ou de cheval (à dosage limité) et de calcaire sous forme de coquilles d’huîtres (achat dans le commerce) ;
  • Retourner le paillis l’année d’après et l’enfouir dans le sol, mais pas trop profondément.
  • Ensuite, les plantations peuvent commencer.

José est connu auprès des collectionneurs de plantes rares mais aussi auprès de grands chefs qui viennent chercher des saveurs rares pour agrémenter des sauces, des desserts. Cependant, l’association n’est pas réservée aux professionnels. Tout le monde peut se faire membre des « Jardins de Pomone » et, belle opportunité, l’association offre à ses membres affiliés, des semences d’amateurs et collectionneurs …souvent rares et introuvables dans le commerce : LES GRAINES DE L’AMITIE. « En recueillant nos variétés potagères, nous assurons un travail de conservatoire en faveur de la biodiversité » souligne José.
Et avec beaucoup de verves, il nous a commenté quelques-unes de ses plantes favorites, cultivées dans son potager. Mais n’hésitez pas à vous rendre sur son site où toutes ces plantes sont présentées en détail. Un MUST !

La pimprenelle : conseil du chef : feuilles hachées à mettre dans un yaourt, ou dans une mousse de concombre ou dans une salade.
Substance intéressante : elle est astringente et a un goût de noix verte.

Le topinambour :
Il en existe plusieurs espèces. La plus courante, est celle que nous consommons avec les tubercules distordus. De son avis, il ne faut pas les peler mais les laver comme un champignon, puis les cuire à la vapeur.
Son conseil culinaire : les tubercules fraîchement récolté et nettoyé, les coupés en fines tranches style « carpaccio »avec un filet d’huile, sel et poivre.

Le cerfeuil de Bruxelles : ombelles rouges ou noire.

La bette : est en fait l’ancêtre de la betterave. La variété à cardes rouges serait originaire du Portugal.

Le cardon : cultiver la variété « non piquante » !
L’on consomme le pétiole et on le cuit comme une bette.

L’asperge : pour une bonne récolte, il lui faut un compost bien tamisé.
Attention : son fruit est rouge et TOXIQUE !

La bourrache : son nom vient de l’arabe « el bourach » qui signifie « sueur ». Une fois installée au jardin, la bourrache revient d’elle même d’année en année et colonise progressivement tous les coins du jardin. Ses graines sont appréciées et disséminées par les fourmis.
Il existe 2 sortes de bourraches :
1) la variété à fleurs couleur « pervenche », seules les fleurs se mangent en salade !
2) la variété à fleur blanches, seules les jeunes FEUILLES se mangent !

L’agastache :
Sa feuille ressemble à celle de l’ortie blanche. Il en existe également plusieurs variétés.

  • L’agastache de Corée : au « goût » et au parfum mentholé lorsque l’on la froisse ;
  • L’agastache fenouil, au goût anisé
  • La variété « mexicaine » : « goût » intermédiaire

L’origan : cette espèce bien connue se décline aussi en plusieurs variétés :

  • L’origan doré à corne : variété anglaise
  • L’origan commun, au goût plus puissant.

La saponaire : avec les feuilles de cette plante, on peut faire du savon en y ajoutant de la graisse et de la cendre de bois.

La lavande officinale : seule comestible. On la reconnaît à sa feuille longue et étroite, 8 fois plus longue que large.
Conseil du chef : afin de garder tout l’arôme de la lavande, il faut mettre les fleurs séchées dans de l’huile végétale « bio » que l’on laisse macérer. Pour une préparation, on verse quelques gouttes d’huile parfumée. Attention 2 à 3 gouttes suffisent !

La tanaisie : les jeunes feuilles de cette plante aromatique au feuillage finement découpé peuvent être ajoutées (en petite quantité) dans la pâte à crêpe. Deux variétés sont présentes : la tanaisie dorée
et la tanaisie frisée, plus rare ! Mais si vous pouvez vous en procurer le chef la recommande dans tous les coins du potager car elle éloigne les fourmis rouges… (hélas pas les noires). Pour les fourmi noires, le chef propose un autre truc : placer une peau de citron ou de pamplemousse évidée sur le sol et la laisser se décomposer.

La sauge : plante condimentaire très mellifère. Son nom au 19°s signifie « toute bonne ».

La livèche : céleri de montagne.
Truc du chef : faire son sel de céleri soi-même. Laisser monter la livèche en graines, récolter les graines et les mélanger avec du sel marin.
Attention : consommer la livèche avec modération à cause l’acide oxalique qu’elle contient !
Autre truc du chef : en été en prenant un bon jus de légumes frais, on coupe préalablement un morceau de tige de livèche qui est creuse et on l’emploie comme une paille qui donne un goût de céleri.

Le cerfeuil musqué : c’est le cerfeuil perpétuel qui a un goût anisé.
Conseil du chef : ajouter des feuilles de ce cerfeuil dans une salade d’oranges.

La citronnelle « aurone »  : c’est une plante de la famille de l’armoise.
Elle est répulsive : bonne pour éloigner les mouches des chevaux. On en fait un bouquet, queues liées et attachées par le bas que l’on suspend au-dessus de sa porte.

L’armoise absinthe : à planter à côtés des choux pour éviter la ponte des piérides (papillons blancs).
Conseil du chef : planter de l’armoise dans différents coins du potager.

L’aspérule odorante : la plante du « Maitrank ». A la cueillette, il faut que le bouton de la fleur soit encore fermé. Il faut à peine 7 brins pour 1l de vin blanc.

Le chou marin : c’est l’ancêtre de tous les choux.
Conseil du chef : consommer le pétiole et le préparer comme une asperge, et ensuite faire blanchir.
Les feuilles se consomment crues.
Pour le multiplier, il est conseillé de diviser les plants, car il se resème très difficilement.

Le chou et la fève de marais sont des légumes de nos régions. Le chou se cultive et se mange partout dans le monde.

Le radis blanc ovale de Munich : variété très grande.
Tout gros radis : le couper en fine tranche pour un carpaccio.
Excellent légume pour protéger le système respiratoire car il possède des hétérosides soufrés.

La verveine citronnée « Aloysia triphylla » : originaire du Paraguay, il faut la rentrer en hiver car elle est sensible au gel.
Utilisation : employée en tisane pour la détente.
Elle se bouture en octobre.

 Le géranium : plusieurs variétés spéciales aux parfums variés sont cultivées côte à côte et peuvent être utilisées en quantité modérée, en cuisine. En froissant les feuilles des uns et des autres, on découvre tantôt un goût de pomme, tantôt un goût de muscade, puis un goût de cannelle et même un goût orangé.

Les thyms : thym serpolet (c’est le thym sauvage), le thym citronné... : à consommer frais.
Pour pousser, le thym a besoin de calcaire. Dans le sol, il faut ajouter des coquilles d’huîtres concassées à raison d’une c.à s. par plant. Cette préparation se trouve dans le commerce.
Conseil du chef : pour avoir un beau plant de thym, il faut diviser la souche en 2 en février et la replanter 2 à 3 fois plus profondément : c.à.d. faire descendre le bois pour plus de végétation. Ajouter une grosse c à s de coquille d’huîtres au moment où l’on replante… bon résultat garanti !
Conseil du chef : manger les fleurs de thym dans une salade est excellent car elles contiennent tous les bienfaits du thym et du pollen en plus !!

Le sedum, variété la « Tripe-Madame » : on en mange les jeunes feuilles dans la salade.

L’arroche rouge : les feuilles se préparent comme des épinards et les jeunes feuilles se mangent en salade.

Les menthes » :

  • La menthe des champs ou « herbe aux anguillesest une des 7 herbes vertes utilisée dans la préparation traditionnelles des anguilles au vert (les autres choisies parmi l’origan, l’oseille, la mélisse citronnelle, le cerfeuil, le thym, le thym citron, la sarriette, le persil, l’ortie, la menthe verte, la pimprenelle, le cresson de fontaine, l’estragon, la ciboulette et le basilic).
  • Et d’autres menthes, spéciales : La menthe-cerf, utilisée pour faire une marinade pour sauce de gibier, la menthe banane dont l’odeur rappelle la banane...

La prêle : cette plante qui apparaît spontanément dans de nombreux jardins est souvent considérée comme indésirable. Pourtant, elle permet de faire 1 purin anti-fongique pour les semis et empêcher la fonte du semis.
Conseil du chef : les sommités de la prêle se consomment comme des asperges.
Propriété de la prêle : la silice. Bon pour les personnes anémiques.

La consoude officinale :
Conseil du chef : seule la consoude officinale est comestible. Les feuilles se mangent blanchies et trempées dans une pâte à beignet et frite dans de huile bien chaude.
La consoude de Sibérie : excellente pour faire un compost. Très bon compost pour les tomates. Introduire dans un petit trou à côté d’un plant de tomate, une feuille de consoude de Sibérie roulée comme une crêpe. Rouler autant de feuilles de consoude que de plants de tomates.

La châtaigne de terre : « Carum bulbocastanum »
Elle produit une multitude de petits tubercules, à consommer lors de la 2ème année. Goût d’amande.

Le chénopode « Bon Henri » : est aussi une plante spontanée dans de nombreux jardins. Elle doit son nom à ses feuilles en forme de patte d’oie qui peuvent se consommer, de préférence jeunes, en salade ou cuites comme des épinards. Attention à la présence d’acide oxalique.

Le chardon- Marie : silybe marin. Très décoratif, c’est aussi un excellent épuratif du foie !
Conseil du chef : Consommer les feuilles, les cuire à la vapeur et ajouter un peu d’ail pressé.

L’oignon perpétuel : ou oignon d’Égypte.
On peut consommer ses fleurs et plus tard après la floraison, on peut consommer les petits oignons qui se développent en couronne, sur la tige.

Mizuna et Mibuna : deux plantes d’origine asiatique, dont les jeunes feuilles peuvent se consommer en salade et qui sont particulièrement intéressantes car, très rustiques, elles apparaissent tôt au printemps et persistent longtemps en automne.

  • Le Mizuna : variété de chou d’origine asiatique, se mange en salade.
  • Le Mibuna : variété de moutarde d’origine japonaise.

Le mizuna et le mibuna sont des plantes très mellifères !

La coriandre :
Conseil du chef : consommer ses feuilles mais aussi ses racines les l’écrasant dans un mortier… Son parfum est encore plus vif !
A consommer aussi, ses graines vertes, également en les écrasant : on retrouve le goût de la coriandre, avec un petit goût de mandarine en plus !
On peut mettre ses graines vertes au congélateur.

Le basilic perpétuel  : parfum camphré.
Ce buisson est d’origine africaine, il pousse sur les flancs du Kilimandjaro.

A télécharger :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Forum
 
 
Grez en Transition Dernière modification 11 juillet 2017 Plan du site