fr
Accueil > Les ateliers > Des jardins pour la vie > Visites de jardins > Echo de notre visite du potager sur le toit de la KBC
 

Echo de notre visite du potager sur le toit de la KBC

 
-
31 août 2013
-----
Danielle Blancke -----
A télécharger :
Filippo et son potager
Produire des légumes de qualité, bio et à un prix abordable c’est possible, même en pleine ville !

Trouver une terre à un prix abordable pour développer un projet agricole rentable est un défi de taille, surtout en pleine ville. Et pourtant, l’objectif que s’est fixé Filippo Dattola de l’association Le Début des Haricots est bien de cultiver des légumes de qualité, bio et à un prix abordable pour la population bruxelloise et de développer un projet à dimension humaine. La solution mise en place a été de profiter d’un énorme toit plat, celui de la bibliothèque nationale et d’y cultiver hors sol bien entendu, mais dans la terre, de savoureux légumes.

JPEG - 488.8 ko
Vue générale du potager

Si ce projet contribue à développer une alimentation durable, locale et de saison, sans pétrole et sans produits chimiques au sein même de la ville, il a aussi le mérite de s’inscrire dans la vie sociale, réveiller des compétences dormantes, recréer du lien.

Voici en quelques mots les grandes lignes du projet :

L’organisation des cultures :
Sur les bords du toit ont été installées d’un côté des plantes aromatiques, sauvages et pour la plupart indigènes et de l’autre, des plantes mellifères.

JPEG - 521.4 ko
plantes sauvages et engrais verts

L’objectif est d’attirer les pollinisateurs et de protéger les cultures des nuisibles. Un hôtel à insectes a également été installé.

Les contenants :
Les cultures potagères ont été installées dans des sacs en géotextile noir.

JPEG - 286.4 ko
Culture en sacs
JPEG - 460.5 ko
Grand sac de culture

Filippo nous explique que ces sacs présentent trois avantages :

  • ils n’ont pas de poids,
  • ils sont perméables à l’air,
  • ils favorisent un enracinement plus équilibré que dans un pot en plastique (où les racines qui arrivent en contact avec les bords se mettent à tourner et forment un chevelu dense et inefficace, alors qu’en sac, les racines arrivant en contact avec l’air stoppent leur croissance, ce qui provoque l’apparition de nouvelles racines centrales). Le géotextile est acheté en gros et les sacs sont cousus par des bénévoles. Ils sont également vendus et apportent une petite ressource financière au projet.

La terre :
Au départ, un mélange de terre a été réalisé et livré par une firme puis acheminé jusqu’au toit. Ce mélange est constitué de :

  • 50 % de terre agricole
  • 30 % de compost
  • 10 % de sable
  • 10 % de tourbe

Pour entretenir la fertilité et garder une terre bien vivante :

  • Du compost provenant de sites de compostage de quartier est ajouté chaque année (environ 1m³/année) et 5 cm de terre est retirée des sacs et remplacée par du compost en fin de saison de culture ;
  • Des engrais verts d’hiver (seigle et vesce) son semés à la fin de l’été, puis coupés et enfouis au printemps ;
  • La couche de paille disposée en surface pour éviter l’évaporation se décompose progressivement et est également réincorporée à la terre chaque année ;
    JPEG - 515.9 ko
    Couverture de paille et culture en association
  • Au moment de la plantation, une poignée de vermicompost avec ses vers est enfouie dans la terre et les plants sont pralinés dans un mélange d’eau de pluie et de compost. Ceci facilite la reprise des plants après le repiquage et permet de gagner environ deux semaines.
    JPEG - 306.7 ko
    Dans le vermicompost
JPEG - 237.4 ko
Infos vermicompost

La gestion de l’eau :
L’eau du toit d’un bâtiment voisin, le Palais Charles de Lorraine, est récupérée et stockée dans trois bidons de 1000l.

JPEG - 358.3 ko
Récupération d’esu
JPEG - 264.6 ko
Infos citernes d’eau

Un système de goutte-à-goutte a été installé et permet un apport de 2 ou de 4l par jour et par sac en fonction des besoins de la plante. Le système est alimenté grâce à une pompe solaire. Ces quantités sont bien sûr adaptées en fonction des conditions météorologiques et des besoins des plantes.

JPEG - 553.2 ko
Arrosage "goutte à goutte"

Par ailleurs, dans chaque sac, la terre est couverte d’une couche de paille pour éviter l’évaporation.

JPEG - 515.9 ko
Couverture de paille et culture en association

La serre :
Une serre géodôme a été récupérée et remontée sur place. Comme le dit Filippo, c’est là que naissent tous les légumes cultivés dans le potager.

JPEG - 297 ko
Serre géodôme
JPEG - 260.5 ko
Infos serre géodôme

Les cultures :
Les cultures de courte durée sont favorisées, avec une durée d’occupation de maximum 2 à 4 mois par plante et trois cultures se succèdent ainsi dans chaque sac (plus les engrais verts). Tous les semis sont fait sur place dans la serre.
Dans chaque sac, les plantes sont cultivées en association. Par exemple, les tomates sont entourées de basilic.

JPEG - 3.2 Mo
Cultures associées

La production :
La production alimente trois petits restaurants Slow Food à Bruxelles et un petit marché a lieu deux fois par semaine, sur place.

JPEG - 292 ko
Petit marché bio

En échange de la mise à disposition du toit, les employés de la KBC bénéficient d’une ristourne de 15 % sur leurs légumes.

Du point de vue économique et social :
Plusieurs bénévoles, sympathisants du projets participent à la vie de ce potager, que ce soit pour la couture des sacs, la culture, la récolte et la vente des légumes ou pour les animations, visites guidées... En saison, des plants surnuméraires sont vendus, ainsi que des sacs de culture, de la terre... L’objectif du projet est donc bien plus que simplement produire des légumes. Il s’agit aussi de créer du lien, utiliser les compétences du quartier, développer un modèle qui tende vers le "zéro pétrole".

Après une première année de fonctionnement avec des subsides de la région de Bruxelles Capitale pour la mise en route du projet, l’objectif est d’atteindre une certaine autonomie, comprenant notamment un défraiement des bénévoles.

Pour plus d’infos : http://www.potage-toit.be/

 
 
 

Articles de cette rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Grez en Transition Dernière modification 20 juin 2017 Plan du site