fr
Accueil > Les ateliers > Des jardins pour la vie > Visites de jardins > Echos de notre visite chez Philippe Delwiche
 

Echos de notre visite chez Philippe Delwiche

 
-
11 novembre 2013
-----
Danielle Blancke
Samedi 12 octobre 2013 : découverte du jardin en terrasses de Philippe Delwiche sur les hauteurs de Belgrade à Namur. Accueil chaleureux et rayonnant, tout comme le temps ce jour là. Jardinier passionné depuis une trentaine d’années, Philippe partage son expérience et nous livre conseils, trucs et astuces. Prenons-en de la graine !

Après une première terrasse, en bois, où nous avons le loisir d’admirer une pièce d’eau grouillant de koïs et autres espèces de poissons dans une eau limpide grâce à un système de lagunage ingénieux, nous nous dirigeons vers le jardin proprement dit.

JPEG - 3.2 Mo
Pièce d’eau

Profitons des conseils de Philippe :

- Les fruitiers en espalier :
Une petite surface de terre est entourée en U par des pommiers attachés en espalier. L’ouverture du U tournée vers le sud fonctionne comme un véritable piège à chaleur. Philippe nous apprend comment "casser" les branches qui gênent afin de maîtriser la forme en espalier : il faut casser la branche avant le dernier bourgeon afin que celui-ci ne fasse plus de bois. Ce geste peut se faire en automne ou au printemps. Philippe aime associer fruitiers et légumes. Dans le rectangle de terre en U, Philippe dit « faire de la semence ». Il y sème des laitues, des scorsonères et surtout du cresson. Il plante le cresson au pied des fruitiers car il est réputé favorable aux plantes et fruitiers contre les insectes.

- La parcelle d’asperges vertes, juste à côté :
Philippe conseille de serrer les plants sur 40 à 50cm et de les tuteurer sinon le vent tend à coucher les tiges et à déraciner les griffes. Les plants sont alors fragilisés et donc moins productifs.

JPEG - 3.1 Mo
Parcelle d’asperges vertes

Recommandation d’achat d’asperges vertes « super mâle », une variété génétiquement modifiée dont les griffes peuvent s’acheter chez « AVEVE ». Avec cette variété, pas de travail de buttage et de débuttage. On prépare le terrain sur 40cm de profondeur, on réalise de petits monticules sur lesquels on étale les griffes, puis on recouvre de terre et ensuite de compost.
La 1ère année, on ne peut récolter que la 1ère branche mais dès la 3ème année, on peut tout récolter.
Si le sol est léger : les plants peuvent produire pendant 15 ans
Si le sol est lourd : compter 10 ans

Attention : danger de destruction de l’asperge par le « criocère ». Ce petit coléoptère pond ses œufs sur le feuillage qui est alors dévoré par les larves.
Traitement : on fait tremper les racines dans un insecticide (style pyrèthre) à faire 2x. La 1ère fois on sort les racines et on les met dans un linge humide pour que les racines restent bien imbibées, puis on les retrempe 1 ou 2 heures le temps de repiquer les griffes.

- Les échalotes grises et ails : acheter au mois de septembre et repiquer à la mi-octobre. Récolte au mois de juin.

- Les tomates :

  • Culture en pleine terre, sous abri : les plants sont recouverts d’un abri transparent qui les protège des intempéries. Abri à tomates
    • La fixation des tiges à l’aide de grosses ficelles s’attache à la base des tiges et se fait au-dessus de chaque bouquet de fleurs. Les fixations se font en veillant à ne pas étrangler la tige. Faire en sorte que les fixations soient attachées à la structure du toit, un peu décalé vers l’intérieur de telle façon à ce que le plant soit protégé de la pluie.
  • Culture en serre :
    JPEG - 3.1 Mo
    Tomates sous serre
    • Le tuteurage est facilité par la pose de fil de fer galvanisé fixé horizontalement dans l’armature du toit de la serre. On attache ensuite la base des tiges des tomates avec de la grosse ficelle et l’on fixe celle-ci au fil de fer.
    • En sol pauvre, on peut apporter du fumier composté ou un engrais naturel, recommandé, un fumier de cheval. Les apports sont fournis avant la plantation. En cours de croissance on rajoute du BRF (bois raméal fragmenté = bois de branches vertes de maximum 7cm de diamètre, broyé), une couverture de feuilles d’orties ou de consoudes ou purin d’orties et consoudes. Le BRF enrichit le sol grâce aux champignons qui s’y développent et activent la décomposition de la lignine ainsi qu’aux insectes. Le sol est donc plus vivant. On n’enfouit pas le BRF dans le sol car cela pompe l’azote. En préparant le sol pour l’hiver, on ratisse le BRF et on l’étale dans l’allée de la serre jusqu’à ce qu’il soit décomposé et on le réutilise ensuite comme compost.
      JPEG - 3.1 Mo
      Un sol riche et vivant !
    • Le paillage au sol est requis. Il maintient l’humidité du sol et isole les maladies présentes dans le sol.
    • Plantations des plants de tomates serrées. ( 50 à 60cm)
  • Question arrosage : l’arrosage est requis entre fin juin et début septembre. Les apports sont conséquents : 1 ½ arrosoir par pied tous les 8 à 10 jours en période de sécheresse. Le feuillage ne peut être mouillé lors des arrosages. Dans la serre on arrose également l’allée lors des fortes chaleurs afin d’abaisser le t° dans la serre.
    • Conséquences de mauvais arrosages :
      • les tomates se fendent
      • les tomates ont la maladie du cul noir
  • Récolte des dernières tomates : avant les 1ères gelées couper la partie du plant qui porte encore des fruits pas encore mûrs , ensuite la suspendre dans un abri hors gel pour les laisser mûrir. Les plants de tomates n’ayant plus de fruits sont retirés de la serre et mis au compost.
  • Variétés recommandées :
  1. la tomate « Monda » variété suisse non hybride, précoce et résistante aux maladies, mise au point pour offrir aux maraîchers une bonne productivité.
  2. la tomate « Joyau d’Idaho », dernière variété très hâtive qui se sème à la mi-février et se plante dans un grand pot de fleur de 10 à 15 litres rempli d’un mélange de terre et de terreau. Les tomates mûrissent vite (à partir de la fin mai) et sont très résistantes au mildiou car elles sont déjà mûres avant les grandes chaleurs. Conseil de Philippe : faire les semis à la mi-février en pépinière. Repiquer les plants en pots lorsqu’ils ont 2 à 4 feuilles puis une seconde fois dans un pot un peu plus grand. Vers fin mars, mi- avril transplanter le plant dans un tout grand pot avec des trous dans le fond. Le mettre sur le sol en plein air. Cela laisse des feuilles surélevées par rapport au sol et on évite ainsi une propagation trop rapide du mildiou grâce à un feuillage plus aéré.

- Autres cultures sous serre :

JPEG - 3 Mo
Jardinières sous serre

Philippe a placé quelques jardinières avec entre autres du persil, du basilic, de la roquette ainsi que des jeunes plants de choux-fleurs et de laitues, ce qui permet de sortir ces bacs à l’extérieur quelques jours avant la récolte. Grâce à une lumière plus importante en dehors de la serre, on permet une meilleure photosynthèse et, ainsi, une élimination des nitrates présents dans les plantes.

- Les cultures "en planches" : la plupart des autres légumes sont cultivés en pleine terre, mais dans des parcelles entourées de planches.

JPEG - 3.1 Mo
Culture en planches

Ceci permet d’apposer un châssis en début ou en fin de saison, ou une moustiquaire pour éviter les attaques d’insectes

JPEG - 3.1 Mo
Chassis et mousticaires

ou encore d’une "mini-serre amovible" !

JPEG - 3.1 Mo
Mini-serre amovible

- Le chou fleur d’hiver : semer à la mi-septembre, repiquer une première fois en pot et ensuite repiquer en terre.
Tous les choux aiment une grande humidité. Ils ont besoin de beaucoup d’eau dans le sol et de beaucoup de lumière. En serre, on arrose tout le temps.
Petit secret : dès que l’on voit la pomme du chou fleur en écartant les feuilles, il faut donner de l’eau pendant 10 jours pour avoir le choux à maturité à raison d’1 arrosoir par plant tous les 3j.

- Pour le cardon : il faut un arrosoir par semaine

- Pour les navets : il faut les éclaircir pour éviter l’attaque des altises et les protéger d’un moustiquaire.

- Pour réussir le fenouil : chez nous, il faut acheter la variété « Zéfa fino » qui est la seule variété adaptée au climat septentrional.

- Pour le chicon : on arrache avant la 1ère gelée. La 1ère rangée est enlevée et mise sur le sol. La 2ème rangée est enlevée et est mise de telle façon à ce que les feuillages recouvre les racines de la 1ère rangée, ainsi de suite. 8 jours après on coupe les feuilles. Les racines sont alors mises en cave ou en terre.

- Pour le poivron : variétés recommandés : la Corne de taureau et le Long vert des landes.

- A propos des fraisiers :
Recommandation : cultiver le fraisier en annuel pour une production la plus abondante possible.

JPEG - 3.2 Mo
Planche de fraisiers

Pour produire les plants, deux possibilités :

  1. Récolter les premiers stolons. Faire une tranchée, y placer les stolons, les recouvrir de terre puis d’un plastic pour favoriser la formation des racines pendant 8 à 10 jours. Remettre en terre en juillet car en août le plant forme déjà l’ébauche de ses futurs boutons floraux.
  2. Autre alternative : Mettre le 1er petit fraisier du stolon dans un petit pot avec de la terre sans couper le stolon du plant-mère. Après 8 à 10 jours, si les racines sont bien développées, couper le stolon. Remettre en terre en juillet.

- Les bienfaits du sureau : cet arbuste bien de chez nous participe à l’équilibre écologique du potager et du verger. En fleur, il attire bon nombre d’insectes utiles au potager et en automne, ses baies sont une nourriture de choix pour les oiseaux. Mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas là : comme répulsif contre les rates (mulots, campagnols, taupes), on peut verser du purin de feuilles fraîches non dilué (2kg/10l) dans les galeries ou l’utiliser en arrosage des parcelles ou encore, épandre des feuilles de sureau sur le sol.

Merci à Philippe Delwiche pour le partage de son savoir et tous ses bons conseils de 30ans d’expérience en tant que jardinier.

Pour en savoir plus, Philippe Delwiche a écrit de nombreux articles dans la revue « Valériane » ainsi que quelques livres que l’on peut acheter à la librairie de « Nature et Progrès », 520 rue de Dave à 5100 Jambes :

  • Soigner son jardin par les plantes
  • La planète tomate - Culture, cuisine et santé ( Co auteure M. Verlaet)
  • Garder les fruits et légumes ; hivernage au jardin, conserves à la maison (Co-auteure : M. Verlaet)
  • Dico du potager (Co-auteure : D. Parizel)

Kathy Thienpont

 
 
 

Articles de cette rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Grez en Transition Dernière modification 11 juillet 2017 Plan du site