fr
Accueil > Le projet > Le G100 > Rapport du G100
 

Rapport du G100

 
-
22 octobre 2014
-----
vivre ensemble -----
A télécharger :
Album photos du G100

Plan

- Album photos

VENDREDI 10 OCTOBRE : FÊTE GREZ-EN-TRANSITION à NETHEN

Beaux décors dans la grande salle de spectacle du centre culturel : les murs sont tapissés par des dizaines de grands dessins réalisés par les enfants des classes de 5ème et 6ème années des écoles de Grez-Doiceau durant les semaines qui précèdent.

Édith nous présente le travail des enfants.
Les élèves se sont groupés par 4 ou 5 devant de grandes feuilles blanches pour rêver de la commune idéale dans laquelle ils voudraient vivre. Compositions pleines d’imagination où la nature (arbres, animaux, potager, ferme, rivière…) voisine avec les espaces de jeux et de sport (piscine, foot…), l’école. On trouve aussi au cours de notre promenade dans leurs rêves : des magasins où s’approvisionner gratuitement un hôtel de luxe, une prison pour les méchants, un hôpital pour les vieux et les bébés et des toilettes publiques…

Les admirateurs ne sont pas très nombreux… malgré une large publicité.
Présentation d’une animation musicale et gestuelle préparée par Célicia et Diégo avec les enfants

La fête se poursuit dans une ambiance chaleureuse, par une généreuse distribution de cornets de frites croustillantes.

SAMEDI 11 OCTOBRE 1ère JOURNEE G100 à l’École Saint Joseph aux Champs

Les dessins des élèves ont été transférés de Nethen et décorent la grande salle où un grand cercle de chaises est installé. 6 flipcharts sont répartis contre les murs.

Les participants sont accueillis à l’entrée où ils s’inscrivent et reçoivent leur badge (prénom). Ils sont invités à se promener dans la salle pour admirer les dessins et noter leurs impressions sur les 6 flipcharts installés dans la salle. Les commentaires récoltés sont peu nombreux.

La cloche sonne à 10h20 et l’assemblée prend place (45 participants,
14 facilitateurs et quelques bénévoles).

Ouverture du G100

Ouverture du W.E par quelques mots d’Eric (Grez-en-Transition)

Allocution d’Edith, initiatrice et pivot du G100 : elle nous rappelle l’objectif de l’évènement. 

Il s’agit de réfléchir aux moyens de rendre plus accueillante notre commune pour nos familles et nos amis proches ou lointains, et pour bien vivre dans des maisons et un environnement agréables.

La réunion de ce W.E va nous permettre de rêver à nos aspirations pour la commune. Inspirons-nous du travail des enfants : leurs beaux dessins sont une vraie source d’inspiration. Elle encourage l’assemblée par cette citation de Goethe : « Quoique vous puissiez faire ou penser faire, mettez-le en œuvre ». Elle adresse ses vifs remerciements à la Fondation Roi Baudouin pour son aide financière sans laquelle rien n’aurait pu être organisé.

Présentation des participants

Tout d’abord, Laura nous invite à nous présenter par notre nom et notre lieu d’habitation (village).

Ensuite elle nous propose ensuite de participer à une « salade de fruits ». Elle nous pose une première question. Si notre réponse est affirmative, nous changeons de place : avez-vous <30 ans ? D’autres questions suivent qui nous font, ou non, bouger. Avez-vous <50 ans ? <100 ans ? Habitez-vous la commune depuis <2 ans ? <5ans ? >15ans ? Connaissez l’un de vos 2 voisins ? Une façon de se réveiller, d’en savoir un peu plus sur ceux qui nous entourent et de découvrir de nouveaux voisins.

Présentation de Constellation, de Belcompetence et du Cycle de la compétence pour la vie par Jean Louis, à la fois habitant de Grez Doiceau et membre de la Constellation et de Belcompetence, l’antenne belge de la Constellation, association internationale dont on parlera plus tard. Belcompetence est heureuse d’animer le G100, car c’est une belle occasion de restituer en Belgique un processus qui a fait ses preuves dans les 60 pays qui forment la Constellation.

Avant de commencer :
- Pensées pour 3 absents qui ont joué un rôle essentiel dans la conception et/ou l’organisation de ce W.E : le mari d’Edith qui nous a quittés, Michèle van der Syp et Bernard Brakers touchés par un deuil.
- Remerciements pour tous les organisateurs qui ont montré un dynamisme magnifique, pour les participants qui se sont libérés pour ces 2 jours et pour tous ceux qui ont contribué à la réalisation et à l’exposition des dessins des enfants.

Présentation du processus

L’histoire débute en Thaïlande du nord en 2004 où est mise en évidence l’importance des réponses locales dans la lutte contre le SIDA : les communautés se prennent en charge sans attendre l’aide extérieure et chacune trouve en elle la capacité de relever ses défis. Sur cette certitude se crée la Constellation qui se propage très vite à travers le monde. Son principe : se baser sur les forces des communautés, ne pas analyser les problèmes et apporter son savoir et ses certitudes, mais écouter et apprendre de ce que font les communautés et l’apprécier.

Programme du W.E :
- Jour 1 : les 2 premières étapes

  • Etape 1 : Qui sommes-nous ? Nous nous présentons en tant qu’humain. Pas de carte de visite, ni de titre… Quelles sont nos forces ?
  • Etape 2 : Où voulons-nous aller ? Le rêve. Nous sommes de différents milieux, de différents villages, mais nous avons des aspirations communes. Comment voulons-nous vivre ? Quelle commune voulons-nous laisser à nos enfants ? Lâchons-nous et dessinons notre rêve, d’abord seul, puis par petits groupes et enfin tous ensemble pour imaginer quel sera, pour l’ensemble de la communauté, le Grez de nos rêves en 2040.

- Jour 2 : les étapes 3, 4 et 5. Nous n’avons pas prévu d’aller plus loin ce W.E. 

  • Etape 3 : Par quelles pratiques ? Nous traduirons notre rêve en mots : élaboration de nos pratiques communes, comment vivrons-nous quand notre rêve sera réalisé ?
  • Etape 4 : Auto-évaluation. Nous constituerons alors des groupes en fonction de nos affinités pour les différentes pratiques et chaque groupe évaluera son niveau actuel pour sa pratique sur une échelle de 1 à 5.
  • Etape 5 : Qu’allons-nous faire ? Chaque groupe établira le niveau auquel il veut arriver dans 6 mois et décidera par quelles actions il pourra atteindre cet objectif. Un coordinateur, prêt à s’impliquer dans l’action, se proposera pour chaque groupe. Chaque participant qui le souhaite sera alors invité à s’engager personnellement dans le ou les domaines qui l’intéressent.

Rappel des objectifs du W.E : Les participants ont dessiné et commenté leur vision pour Grez en 2040 et se sont accordés sur 10 pratiques qui décrivent leur rêve. Ils ont évalué le niveau actuel de l’action citoyenne dans la commune. Pour chaque pratique qu’ils jugent prioritaire, au moins un volontaire s’est engagé à constituer un groupe de travail chargé de proposer le but à atteindre et d’animer l’action citoyenne pour progresser vers la vision dans les six mois à venir (plan d’action et Faisons-le !)

Le travail du W.E sera rapporté au Conseil Communal et ainsi qu’aux habitants de Grez, empêchés de participer à toute la rencontre, qui seront présents à 16h dimanche. Il sera aussi diffusé largement par l’équipe organisatrice dans la commune par tous les moyens disponibles (Grez Info, site internet), ainsi qu’à l’extérieur (presse, radio, TV…). Il sera aussi diffusé au-delà de Grez-Doiceau pour ceux qui sont intéressé(e)s par événement et ses résultats

ÉTAPE 1. QUI SOMMES-NOUS ?


Pour permettre à chacun de s’exprimer librement, favoriser l’écoute et créer un climat de confiance, nous avons besoin d’en savoir plus les uns sur les autres. C’est ce qui nous permettra de rêver et de construire ensemble.

Chacun pense à une histoire, une expérience à laquelle il a participé et dont il est fier. Cette réflexion est favorisée par le violoncelle de Diégo qui nous apaise et nous émeut.

Après 5 à 10 min, se constituent des groupes de 3 participants sans lien les uns avec les autres. Chacun raconte, à son tour, son histoire pendant que les 2 autres écoutent avec une grande attention et une attitude stimulante. Ensuite chaque trio note les forces exprimées par les 3 histoires sur une grande feuille colorée.

Les feuilles sont disposées en un grand cercle central et nous sommes tous invités à tourner
autour du cercle pour nous imprégner des forces exprimées par l’ensemble des participants.

Les histoires ont révélé de nombreuses forces : courage, ténacité, persévérance, audace, partage, empathie, altruisme, générosité, compréhension, engagement, motivation, curiosité, goût de l’aventure, du risque et du changement, liberté, sensibilité, écoute, discrétion, confiance, humanité, respect, moralité, ponctualité, disponibilité, reconnaissance, lucidité, ambition, fierté, intuition…

A Grez-Doiceau, on est aussi préoccupé par les liens familiaux, l’amour, l’amitié, l’harmonie et la joie, la transmission des valeurs, la gestion du temps et des émotions, révolté par l’injustice, capable de sacrifice et à la rencontre des autres cultures et ouverts à la différence. Il existe des talents artistiques, manuels et sportifs, un amour de la nature et des animaux. Et on n’oublie pas de s’amuser…

Quelques réflexions sur l’étape
- Certaines forces se retrouvent souvent, en particulier l’écoute et le partage
- Cette étape permet d’apprendre beaucoup de choses sur l’autre en peu de temps. Une écoute attentive nous aide à lâcher prise, à retrouver notre humanité et notre fierté.
- Nous avons ressenti un accueil très attentif, beaucoup de respect et d’émotion.
- Nos histoires nous rendent fiers de nous. Elles donnent confiance dans l’humain et nous encouragent à chercher le bon côté de chacun. Chacun a toujours plusieurs visages…
- Amusement est un mot important
- Ce serait intéressant de faire la même chose dans chaque rue !

ETAPE 2. OU VOULONS ALLER ? LE REVE

1. REVE INDIVIDUEL

Célicia nous invite à fermer les yeux et à rêver que nous sommes à Grez-Doiceau en 2040. Plongeons-nous dans cet avenir lointain. Que voyons-nous ? Qu’entendons-nous ? Faisons appel à notre cerveau créatif ! Et quand les idées surviennent, à nos crayons !

Pour certains, le dessin naît facilement, qu’il soit élaboré ou rudimentaire. Mais pour d’autres, il est extrêmement difficile… la feuille est surtout couverte de mots.

Partageons notre rêve : nous nous rapprochons de notre voisin et chacun à son tour commente son dessin. Ce premier échange permet déjà d’enrichir le rêve.

Réflexions sur le rêve individuel
- Le sujet est trop vaste. Trop de choses à penser.
- On s’imagine avoir été complet et la confrontation avec le voisin montre nos lacunes
- Le partage montre, le cas échéant, la diversité du rêve en fonction de l’âge
- La feuille A4 est trop petite pour contenir tout le rêve
- Les rêves des enfants seraient matériels, et non créatifs, sans imagination ?
- La créativité des adultes réapparaît quand ils sont en danger (guerre)

REPAS VEGETARIEN ABONDANT ET SAVOUREUX PREPARE PAR JULIETTE AVEC LES RESSOURCES LOCALES

2. REVE en GROUPES

Nous nous répartissons en 6 groupes autour d’un flipchart, selon la couleur du bonbon que nous avons tiré du sac. Nous sommes accompagnés de 2 facilitateurs. Utilisation du bâton de parole : ne parle que celui qui le tient.

Partage du rêve : chacun à son tour montre et commente son dessin, sans trop s’étendre. Pas de question, pas de contestation. Les facilitateurs n’interviennent qu’en cas de question ou de dérapage. Un rapporteur note les mots clés.

Dessin du rêve commun : un des participants se propose comme dessinateur Il représente le rêve commun avec les idées de tous. Le rapporteur veille à ce que tous les mots clé soient représentés.

C’est lui qui présentera en plénière le travail du groupe.

3. REVE COMMUN

Nous nous réunissons en plénière pour regarder et écouter le rêve de chaque groupe.
Derrière 2 panneaux, à l’abri des regards de tous, les dessinateurs et rapporteurs (Eric & Hubert) travaillent à la réalisation du rêve commun en images et en mots, en tenant compte de tout ce qui est exprimé successivement par les rapporteurs des 6 groupes.


Le groupe 1 présente son rêve complet :

  • Toutes les générations représentées dans le groupe, donc rêve très complet.
  • Lieux d’échange au centre du village : maisons pour les jeunes et les vieux avec interactions, lieux culturels et sportifs.
  • Moyens de transport silencieux et non polluants.
  • École dans un environnement ouvert, avec un enseignement axé sur la connaissance de soi et de son environnement.
  • Accompagnement spirituel.
  • Énergie renouvelable (de préférence photovoltaïque pour éviter le bruit des éoliennes).
  • Liens entre les nouvelles technologies et les savoirs des anciens.
  • Village intégré dans l’écosystème, nature omniprésente et respectée.
  • Ouverture vers l’extérieur.
  • Économie en circuit fermé, avec consommation de plus en plus réduite et recyclage efficace.
  • Villages décentralisés pour les solitaires. Le groupe 2 ajoute ses idées [1] :
  • Village portes ouvertes où personne n’est isolé.
  • Présence d’espaces intergénérationnels.
  • Piscine.
  • Animaux en liberté avec des passages qui leur sont réservés.
  • Pistes cyclables.
  • Échanges œcuméniques et philosophiques.
  • Médecines traditionnelle et alternative très développées.
  • Peu d’heures de travail des habitants et importants loisirs grâce aux développements technologiques (3D, machines de + en + performantes).
  • Écoles démocratiques, ouvertes à tous où les élèves sont heureux. Culture sociale développée et démocratie participative : accès de tous au politique.
  • Mesure du bien-être par le BCB : Bonheur Communal Brut, indépendant des indicateurs économiques habituels. Contribution du groupe 3 :
  • Rue centrale animée : petits commerces de proximité et maisons de partage (bibliothèque, cinéma, donnerie…).
  • Fête perpétuelle, jolies maisons et fleurs aux fenêtres.
  • Plaines de jeux clôturées.
  • Cimetière des vielles voitures utilisé pour les jeux d’enfants.
  • Voitures électriques qui circulent sur des rails et pistes cyclables pour les vélos.
  • Centre de téleworking avec internet qui facilite le travail à domicile.
  • Unité de production de bio-méthane pour recycler les déchets.
  • Potagers et poulaillers collectifs, ruches, arbres fruitiers.
  • Mirador pour observer la nature. Contribution du groupe 4 :
  • Importance de la rivière pour les jeux d’eau et le moulin.
  • Sport dans la nature.
  • Pas de pollution.
  • Voies de communication bien séparées pour voitures, vélos et autres non motorisés et piétons.
  • Conservation d’espaces verts cultivés et sauvages.
  • Habitat groupé autour d’un espace collectif avec un espace festif, multiculturel et multi générationnel (maisons passives où chacun dispose d’un espace privé).
  • Grande école pour accueillir tous les enfants avec enseignants de qualité, valorisés par les habitants.
  • Harmonie des constructions grâce à un service de l’urbanisme efficace.
  • Emplois locaux nombreux, travail bénévole encouragé à temps partiel.
  • Accès aux besoins vitaux gratuits pour tous.
  • Énergie produite localement, collectivement. Contribution du groupe 5 :
  • Importance du lien : tout est décloisonné.
  • Grand hall dans le marché.
  • Collaboration, bienveillance, partage et joie.
  • Respect du bien commun.
  • Revenir à la sagesse d’hier.
  • Nombreuses initiatives citoyennes. SEL. GAS… Contribution du groupe 6 :
  • Soleil qui brille sur beau village propre où chacun est bienvenu (y compris les animaux) et respecté.
  • Valorisation du don, respect du temps, importance de l’art.
  • Chacun est encouragé dans son chemin de vie.
  • Transports publics.


Pendant que les dessinateurs/rapporteurs poursuivent leur travail à l’abri des regards, Célicia nous emmène sur son plateau virtuel. Il s’agit que tout le groupe se déplace de façon homogène sur le plateau pour ne pas le faire basculer. Nous y marchons de plus en plus vite, en ramassant un objet, en cherchant par terre un objet perdu… en réglant nos déplacements sur ceux des autres participants.

Puis nous reprenons place sur nos chaises pour un moment de réflexion sur le rêve commun.

DÉCOUVERTE DU RÊVE DE GREZ-DOICEAU !

  • Centre, échange,
  • Nouvelle mobilité silencieuse, + lente, transport public
  • Rencontre, entraide, liens
  • Travaux collectifs
  • Intergénérationnel
  • Culture/arts, esthétique,
  • Piscine,
  • Ouvrir l’école pour tous,
  • Endroits plus retirés,
  • Espace libre pour le futur, Démocratie participative, justice, Collaboration, BCB,
  • Lieu de fête, bistrots, joie
  • Plaines et parcours de jeux,
  • Cimetière voiture pour jeux
  • Énergie renouvelable,
  • Accès NTIC, téléworking
  • Transmission savoirs, et valeurs, Durabilité
  • Circuits courts, économie circulaire, Calme, créativité,
  • Accueil, ouverture sur l’extérieur
  • FABLAB, autres médecines, Balcons fleuris, poulaillers collectifs,
  • Toilettes publiques,
  • Ressources gratuites, décloisonner, Eco- mobilité,
  • Eco- habitation,
  • Économie du don, cimetière,
  • Intelligence collective
  • Prendre le temps
  • Nature, rivière accessible, sentiers, couloirs nature
  • Marché, petits métiers, Permaculture, four à pain

Pour célébrer l’événement, Diégo nous joue une gigue de Jean Sébastien Bach.

Quelques commentaires sur l’élaboration du rêve commun

  • La nature est partout
  • Importance de créer du lien qui se retrouve déjà dans les dessins des enfants : tous ensemble !
  • Intérêt d’avoir des jeunes dans le groupe, cela élargit la vision
  • Les nombreux points communs qui sont apparu dans les rêves sont rassurants. Ils témoignent d’idées communes. S’agit-il vraiment d’idées partagées par tous ? Ou est-ce lié à la sélection des participants, malgré les précautions prises ?
  • Pouvoir jeter ses rêves sans se demander s’ils sont réalisables est une joie et fait du bien 
  • Les paroles peuvent provoquer une crainte… mais dans le dessin, tout devient possible. Il existe des espaces privés où chacun peut s’isoler.
  • Clôture de la journée : chacun qui le désire dit un mot de ce qu’il a ressenti de la journée :
  • Enthousiasme, énergie, résonance, chaleur, accueil, bonne volonté,
  • toute l’assemblée a le sourire,
  • Les forces et les rêves sont les vitamines d’une communauté, Importance du groupe pour susciter l’énergie,
  • Résonance avec le rêve qui donne envie de venir vivre dans la commune,
  • Exemple à suivre pour Waterloo ?
  • Attentif à la contradiction : l’agora est l’endroit où discuter.

Dernier mot de Jean-Louis qui nous illustre l’efficacité du processus dans un contexte difficile, face à des divergences profondes entre les participants (lutte contre la drogue à l’Ile Maurice). Ce qui ressort de commun dans les rêves de chacun permet d’éviter le blocage.
C’est ce qui se passera demain lorsque nous réfléchirons aux 10 pratiques qui expriment notre rêve.

DIMANCHE 12 OCTOBRE 2ème JOURNÉE G100


Le G100 suscite l’intérêt de la presse. Photographes et Journalistes sont présents. Nous sommes contents de collaborer avec eux.

Moment de réflexion où chacun exprime ses sentiments ou préoccupations

  • Il faut établir des priorités
  • Il faut créer des liens
  • Se baser sur la confiance
  • Le plus important est la démocratie
  • Est-ce que toutes les idées ont bien été intégrées ?
  • Qu’allons-nous pouvoir en faire 
  • Beaucoup de lieux, d’occasions de rencontre existent déjà, mais il faut avoir le temps d’en profiter.

Nous allons travailler pour que tout ce qui a été imaginé devienne réalité, sans écarter aucune idée et dégager des pistes qui permettent de nouveaux engagements
Ce travail va nous encourager à consacrer un peu de temps pour faire avancer les choses, sans nous
bloquer sur notre dépendance aux politiciens. Rester dans la confiance

S’inspirer de l’exemple de nos amis de RDC (exemple de collaboration sud/nord) qui distinguent 

  • les petites actions faisables : ne dépendent que des communautés, sans aucune interférence des politiques, mais tant mieux si l’administration communale appuie
  • les grandes actions mobilisables  : demandent des autorisations et des aides financières

La nécessité d’infrastructures (pistes cyclables par ex) est omniprésente et demande des
moyens financiers importants et donc la collaboration du politique

Nous disposons du super soutien des moyens de communication modernes pour partager ce qui a été fait, garder les contacts et poursuivre le projet.

Internet est un outil superpuissant pour rassembler et travailler.
Une bonne utilisation des moyens de communication doit permettre à notre rêve de devenir réalité.

Toutes les photos, la conservation des dessins… vont nous permettre à la fois de garder un souvenir de l’événement et de le partager avec d’autres. Il peut servir d’exemple et d’inspiration pour d’autres communes (Braine-l’Alleud).

INTRODUCTION AU JOUR 2


Jean Louis nous resitue dans le cycle. Hier, nous avons rêvé,
aujourd’hui, nous allons réfléchir à la façon de réaliser notre rêve. Comment commencer en mobilisant nos propres ressources ? Pour pouvoir mesurer nos progrès, nous évaluerons où nous en sommes aujourd’hui. Puis nous nous fixerons un objectif à 6 mois. Et pour atteindre notre but, nous proposerons de petites actions faisables dans lesquelles chacun qui le désire pourra s’engager.

Question : pourquoi à 6 mois, alors que le rêve est pour 2040 ?
Parce qu’il faut commencer pas à pas. Pour travailler ensemble, il faut apprendre se connaître, stimuler l’écoute et la confiance dans la communauté

INTERVENTION DES PARTENAIRES DU G100

  • ERIC pour GREZ-en-Transition Nous réfléchissons ici à la place du politique. Notre travail est négociable, mais nous voulons être partie prenante. Les autorités communales, élues démocratiquement, ont un mandat légitime. Il ne s’agit donc pas d’entretenir la guérilla contre le conseil communal, ni d’exiger quoique ce soit. Mais de leur proposer une liste d’activités citoyennes. Grez-en-Transition existe depuis 5 ans, à la recherche de manières de vivre et de consommer plus respectueuses des autres et de la nature et plus satisfaisantes pour chacun. GeT propose différents ateliers et activités (SEL, GAS, potagers collectifs, « tout le monde sème… », économie sociale et solidaire...). Détails sur le site et auprès des membres présents. Tous ceux qui sont intéressés à nous rejoindre sont bienvenus.
  • MARIE-CHRISTINE pour BELCOMPETENCE Association crée en 2009, branche belge de la Constellation. Répond aux invitations des communautés qui ressentent des besoins de changement mais ne savent pas comment faire. Le processus de base est toujours identique : réunir les membres de la communauté et réveiller les compétences en suivant le cycle que vous connaissez maintenant. On y insiste sur SALT qui n’a pas été abordé ici et qui définit la manière d’être de la Constellation, de se connecter aux autres et d’apprécier les forces.
    • STIMULER, SOUTENIR, encourager, donner envie, provoquer…
    • APPRÉCIER les gens, ce qu’ils sont en train de vivre et de faire, ce qui marche, leurs ressources et leurs forces (opposition avec l’approche de l’expert qui identifie les problèmes et les besoins en vue d’y répondre), APPRENDRE des expériences de chacun
    • LIER les expériences, créer des liens
    • TRANSFÉRER les idées/expériences échangées avec les autres membres de la communauté, avec d’autres communautés, partager, se transformer soi même Belcompetence désire poursuivre son appui au G100 : accompagnement des groupes par les facilitateurs, formation au processus. .. Une formation est organisée les 8, 9 et 10 novembre à Kraainem s’il y a assez d’inscriptions (Marie-Christine mcswennen@hotmail.com, Anne anne@tinzaouaten.org ). Il serait aussi possible d’organiser une formation à Grez s’il y a assez de participants de Grez qui sont intéressés.
  • ÉDITH Nous voulons avancer pas à pas… selon un processus démocratique, en accord avec le conseil communal. Notre rêve est bien sûr qu’en 2040 les initiatives citoyennes et le conseil communal soient au service l’un de l’autre ! En attendant, mettons-nous en route. Le G100 reviendra vers tous les groupes, sans pression, pour proposer des rencontres régulières, la première dans 2 mois.

ÉTAPE 3 PAR QUELLES PRATIQUES ?


Il s’agit d’exprimer en une dizaine de phrases comment nous agirons en 2040.

Exemple :

  • PRATIQUE : nous créons continuellement des liens entre les gens
  • ACTIVITÉ : nous organisons des réunions de quartier chaque mois

La pratique s’exprime sous forme de « nous, (nous= communauté) + verbe actif + complément

Lorsque toutes nos pratiques seront réalisées, nous aurons atteint notre rêve

Éviter d’utiliser 2 verbes dans la même pratique. Cela facilitera la suite du processus.

Travail en groupe

Nouvelle distribution de bonbons pour constituer de nouveaux groupes.

Chacun se remémore le rêve puis rejoint son groupe.

Chaque groupe élabore un maximum de 10 pratiques, chacune écrite sur une feuille A4.
Il est important que les pratiques expriment tous les aspects du rêve.
Attention : nous sommes parfois tentés de proposer des actions comme pratique. La pratique englobe l’action. Elle est plus vaste.
Différence entre une pratique et une action : une action permet d’atteindre la pratique

Retour en plénière.

Le groupe 1 lit ses pratiques et les pose sur le sol au centre de la salle, bien espacées
Le groupe 2 commence par déposer sur les pratiques posées sur le sol par le groupe 1 celles qui traitent du même sujet.
Il pose ensuite celles qui sont originales séparément, une par une.
Les autres groupes se succèdent en faisant le même travail, jusqu’à ce que toutes les pratiques des 10 groupes soient sur le sol.

Tout ce travail se fait en commun, avec l’approbation de l’assemblée et la coordination du facilitateur.
De ce travail résultent 13 tas de feuilles (d’épaisseur très inégales !). Après concertation et quelques assimilations, on réduit à 10 tas de feuilles qui seront à la base des 10 pratiques du G100

Chacun réfléchit à la pratique vers laquelle il se sent particulièrement attiré, pour laquelle il est prêt à s’investir ou/et qui concerne un domaine où il a de bonnes connaissances ou aptitudes.

Et 10 nouveaux groupes se constituent autour des pratiques.

ÉTAPE 4 Où en sommes-nous maintenant ? AUTOÉVALUATION / ÉTAPE 5 : Qu’allons-nous faire ?


Explication en plénière :

Il s’agit de déterminer le niveau auquel la Commune de Grez-Doiceau (et pas le groupe de travail du G100) se trouve actuellement, en 2014, sur une échelle de 1 à 5 pour chacune des pratiques.

Ne pas s’évaluer trop haut : les progrès seraient trop difficiles. Découragement.

Notre action est devenue naturelle 5
Nous agissons de manière systématique et volontaire 4
Nous agissons de manière sporadique 3
Nous avons les connaissances nécessaires pour agir 2
Nous avons des connaissances superficielles et une conscience vague de la nécessité d’agir 1

Exemple :

Niveau 1 j’ai entendu dire qu’il est bon pour la santé de faire du sport
Niveau 2 Je connais les raisons pour lesquelles faire du sport est important
Niveau 3 je fais du sport de temps en temps
Niveau 4 je me force à faire du sport régulièrement
Niveau 5 je fais régulièrement du sport automatiquement

Exercice pratique : 5 feuilles A4 sur le sol numérotées de 1 à 5.

Claude nous invite à nous regrouper autour du chiffre qui évalue notre activité sportive.
Beaucoup de monde sur les chiffres 3 et 4. Claude vérifie la bonne compréhension en interrogeant sur les raisons du choix.

REPAS PAR IARA (avec entre-autre une sauce piquante, je vous dis pas)

Retour en groupes par pratiques.
Nous formons 9 groupes (la 10ème pratique –dialogue avec les autorités- ne concerne que 2 personnes) avec un facilitateur dans chaque groupe. Chaque groupe reformule sa pratique à partir des différentes propositions.
Il évalue le niveau atteint actuellement dans la commune en recensant les activités qui s’y font déjà.
Il détermine ensuite le niveau qu’il veut atteindre dans 6 mois
Il réfléchit enfin aux actions qu’il va entreprendre, avec les moyens disponibles, pour arriver à cet objectif. Une personne du groupe s’engage comme responsable/pilote de la pratique

Retour en plénière où chaque groupe présente son travail

  • Pratique 1 : Nous nous rencontrons dans des espaces adaptés
    • niveau actuel 2+ dans 6 mois niveau 3
    • Beaucoup d’activités sont organisées, mais tout le monde n’est pas au courant et ce qui s’y passe n’est pas diffusé.
    • Activités proposées :
      • Recenser les lieux de rencontres non adaptés dans la commune
      • Recenser les sentiers qui relient ces lieux
      • Organiser la participation des riverains dans l’aménagement des espaces de rencontres (récupération, construction…)
      • Trouver les moyens financiers et les autorisations nécessaires
      • Faire l’inventaire de ce qui se passe déjà
      • Animer une plateforme de communication et de reportage, centralisant les informations, avec la participation des jeunes
    • Responsable : Céline Vanneste celinevanneste@yahoo.com
  • Pratique 2 : Nous vivons en harmonie avec la nature et nous embellissons notre commune
    • niveau 3+ dans 6 mois niveau 4
    • Beaucoup de choses se passent déjà, mais tout le monde n’est pas au courant (machines thermiques à louer à la commune pour désherber les trottoirs !)
    • Activités proposées :
      • Promouvoir l’éducation relative à l’environnement (les bonnes actions ne sont pas toujours judicieuses en particulier pour préserver la biodiversité !)
      • Recenser les installations détériorées pour réparer et embellir
      • Faire vivre les bacs « tout le monde sème », destinés à créer du lien : recenser, déplacer éventuellement, informer
      • Organiser un groupe de réflexion pour s’interroger sur la gestion des déchets (sacs gratuits, récompense quand gestion efficace…)
    • Responsable : ? 
  • Pratique 3 : Nous favorisons les échanges inter générationnels et nous aidons les jeunes à réaliser leurs attentes/projets
    • niveau 1 dans 6 mois niveau 3
    • Activités proposées :
      • Création d’une page facebook pour centraliser la communication
      • Comité des jeunes qui collecte et diffuse les informations
      • Déplacer le marché de Grez, organisé tous les 3 mois dans un endroit peu accessible pour les vieux
      • Organiser le bénévolat des jeunes pour les anciens (transport, activités…)
    • Responsable Soline Geist
  • Pratique 4 : Nous ouvrons nos écoles à la diversité des talents et des capacités de chaque enfant
    • niveau 2 dans 6 mois niveau 2+
    • le multiculturalisme existe déjà.
    • Activités proposées
      • mettre toutes les écoles en relation avec l’association « tout le monde sème »
      • Organiser une plateforme d’échange avec toutes les écoles pour partager les bonnes pratiques qui existent dans nos écoles et ailleurs
      • Démocratiser l’enseignement
    • Responsable ; Nathalie Helleputte nathalie.helleputte@gmail.com

  • Pratique 5 : Nous organisons une consommation raisonnée de proximité, basée sur des circuits courts, durables et respectueux de l’homme et de la nature
    • niveau actuel 2+ dans 6 mois niveau 3
    • Activités proposées
      • Répertorier ce qui existe déjà dans la commune et aux alentours (associations)
      • Communiquer régulièrement à la fois de façon virtuelle (plateforme d’échange) et réelle (halle, marchés…)
      • Encourager les lieux de rencontre (marchés, salles de réunion)
      • Faire connaître les réseaux coopératifs (SEL, GAS et autres)
      • Poursuivre le processus de création de la monnaie locale pour favoriser l’économie locale
      • Organiser des ateliers et formations (conservation des légumes, recyclage, économie solidaire
      • Établir une charte pour les producteurs locaux
    • Responsable : Emilie Ronse et Éric Luyckx emilie.ronsse@googlemail.com eric.luyckx.prive@gmail.com
  • Pratique 6 : Nous mesurons la qualité du bien-être (au sens large) de tous à travers le bonheur communal brut (BCB)
    • niveau actuel 1 dans 6 mois niveau 2
    • Activités proposées
      • Bien préciser ce qu’on entend par bien-être (matériel, physique, mental…)
      • Se documenter sur ce qui existe et déterminer des indicateurs
      • Recenser les expériences qui ont été menées
      • Ensuite penser aux actions qui peuvent être menées à Grez
    • Responsable : Édith van Zeebroeck edithvanzeebroeck@gmail.com
  • Pratique 7 : Nous cultivons l’écoute, la compréhension, la solidarité, l’entraide et la culture dans nos villages comme à l’extérieur du village
    • niveau actuel 2 dans 6 mois niveau 3
    • Activités proposées
      • Certaines activités existent qui sont même au niveau 5. Il faut les faire connaître et les ouvrir à tous
      • Travailler sur l’information
      • Chercher les ressources qui existent et travailler sur la continuité, la durabilité
      • Rechercher des lieux pouvant accueillir des expositions, les artistes sont nombreux chez nous
    • Responsable : Claude Ronse claude.ronsse@gmail.com
  • Pratique 8 Nous organisons notre autonomie énergétique en cohérence avec notre environnement
    • Pour la consommation niveau actuel dans 6 mois : 3+
    • Pour la production  niveau actuel 1 dans 6 mois : 1+
    • Activités proposées
      • Pour la consommation : poursuivre l’information et la sensibilisation sur les économies d’énergie, utiliser les initiatives existantes (consommation des appareils…). La consommation doit diminuer jusqu’à correspondre à la production
      • Pour la production : encourager le photovoltaïque individuel et la redistribution des excédents sur le réseau local ; recenser les bonnes idées qui existent autour de nous (Luxembourg par ex) , étudier les possibilités de reproduction et les diffuser pour inspiration.
    • Réaliser le plan des éoliennes pour la commune
    • Responsable Vanessa de Marneffe nennesss@hotmail.com

  • Pratique 9 Nous employons des moyens de transport écosensibles et adaptés
    • niveau actuel 2- dans 6 mois 
    • Activités proposées
      • Information et sensibilisation des citoyens (y compris les enfants) pour stimuler une réflexion individuelle et les sensibiliser aux déplacements groupés.
      • Insister auprès des autorités pour diffuser les informations sur les moyens existants et assurer leur promotion : voitures et vélos partagés, ramassage scolaire, taxibus…
    • Responsable : Isabelle Wiaux iwiaux@hotmail.com
  • Pratique 10 : Nous dialoguons en confiance mutuelle avec les autorités politiques
    • Activités proposées
      • Établir des liens avec les politiques : assurer le courant, dans les 2 sens, entre les équipes de travail du G100 et le conseil communal.
    • Responsable : Sophie Vandamme sophie.vandamme@vandenbogaert.net

Applaudissements enthousiastes pour célébrer le travail de tous.

Pause café et accueil des invités

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS AUX INVITES


Mot de bienvenue d’Édith

Toute l’assemblée est heureuse d’accueillir les nouveaux arrivés dans la salle, témoignant ainsi de leur intérêt pour la démarche. L’absence de madame la bourgmestre et de ses échevins n’est pas soulignée, mais déçoit les organisateurs.

La démarche que nous menons à Grez-Doiceau comporte 3 étapes : 

  • Pré G100 : très longue préparation du W.E et réalisation de dessins par les enfants des écoles de la commune, représentant leur rêve pour la commune, inspirant le travail des adultes
  • WE du G100 : où une petite cinquantaine d’habitants ont accepté de venir réfléchir à l’avenir de la commune
  • Post G100 : où l’équipe de soutien va organiser le suivi pour que les énergies manifestées ici portent leurs fruits.

Tous nos remerciements à ceux qui ont rendu cet événement possible : et en particulier le directeur de l’école Saint Joseph qui a mis ses locaux spacieux et bien équipés à notre disposition et la Fondation Roi Baudouin qui nous a apporté son soutien financier.

RÉSULTATS DU WE

Les étapes : Vanessa explique, à partir du dessin de cycle, les étapes qui ont été parcourues au cours des 2 jours

Le rêve : Santiago nous dit quelques mots des rêves des enfants. Puis il reprend les grands thèmes qui sont exprimés dans le rêve collectif.

Les pratiques et l’autoévaluation : Jean Louis parle de l’autoévaluation et des 5 niveaux de référence et termine par la lecture des 10 pratiques. Il rappelle que des groupes ont été mis en place autour de ces pratiques, ouverts à tous ceux qui sont intéressés et qui veulent s’investir dans le mieux-être à Grez-Doiceau.

Post G100 : Marianne parle de tout ce qui sera organisé pour que l’énergie fabuleuse de ces 2 jours continue à circuler :
- réunion pour les participants ( à 2 mois et à 6 mois).
- partage de l’information avec tous les participants et tous ceux que l’initiative intéresse par tous les moyens disponibles (site internet, plateforme d’échange radio, presse…)

Michèle Vander Syp et Jean-Marc Vervoort ont réalisé quelques interviews de participants pour recueillir les impressions "à chaud" (voir ici)

Un grand merci à tous les participants, à tous les bénévoles, à tous les animateurs, à l’équipe du G100 dont Grez-en-Transition, à Anne pour le rapport et Jan pour les photos.


télécharger l’album photos

[1chaque groupe ajoute ses idées qui non pas encore été évoquées pour éviter au maximum les répétitions

 
 
 

Articles de cette rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Grez en Transition Dernière modification 11 février 2017 Plan du site